l'école des femmes analyse

Le mariage n'est donc qu'un ensemble de contraintes pour l'épouse, une réalité sociale du XVII° siècle : la femme mariée est juridiquement mineure, cette conception est soutenue par l'Église, Après de brèves salutations, des vers 844 à 852, le passage, qui répond à l’interrogation d’Arnolphe, est, Déjà sa volonté d’abréger les salutations révèle, sa joie, son impatience, son désir de savourer le triomphe dont il est certain, Mais, en même temps, Arnolphe est obligé d’être, hypocrite en continuant à feindre d’être l’ami d’Horac, Une étape a donc été franchie : Arnolphe ne se contente plus de recevoir des confidences, il savoure l’effet de son plan. S’agit-il alors d’amour, ou d’un orgueil qui ne peut supporter la défaite ? La pièce est pleine de sous-entendus grivois. Musée des Beaux-Arts de Rouen, Dans l’acte III, Agnès ne parle que dans la scène 2, et il ne s’agit même pas d’une parole personnelle, puisqu’elle ne fait que lire "Les Maximes du mariage". Ces rôles lui permettent de, jouer sur les accents, le patois, les fautes de langue, Parfois c’est le contexte qui rend le mot plaisant, comme la comparaison d'Alain, "la femme est justement le potage de l'homme" (II, 3) ou les tautologies : v. 423-425 et 446. Discours qui vise à rabaisser la femme à l’état d’esclave àimportance des négations et des formules restrictives comme « Votre sexe n’est là que pour la dépendance. En effet, cet aspect mysogine (pour notre époque) est fortement encouragée par la religion. » Cette querelle, habilement exploitée par Molière, lui donne l'occasion de répondre aux critiques qui lui sont adressées et de préciser son projet dramatique dans une comédie intitulée La Critique de l'École des fem… En vérité je ne sais ce que vous m’avez fait ; mais je sens que je suis fâchée à mourir de ce qu’on me fait faire contre vous, que j’aurai toutes les peines du monde à me passer de vous, et que je serais bien aise d’être à vous. Le mariage est alors tourné en dérision. Elle a également pris conscience de son ignorance, due à la volonté d’Arnolphe, et exprime le désir d’apprendre : « Je ne veux plus passer pour sotte si je puis. Gabriel-Jacques de Saint-Aubin, Le Triomphe de l'amour sur tous les dieux, 1752. J’ai des pensées que je désirerais que vous sussiez ; mais je ne sais comment faire pour vous les dire, et je me défie de mes paroles. Cette courte pièce na pas dintrigue, mais offre, outre dimportantes déclarations théoriques de Molière sur la comédie, lintérêt de refléter les divers points de vue qui se sont fait jour dans la querelle de LÉcole des femmes. Frontispice de L'École des femmes, édition de 1663. Elle cherche parfois la consolation auprès d’hommes plus séduisants. Cependant, elle ne cesse d’être présente à travers les monologues d’Arnolphe et le récit d’Horace : le public mesure, l’importance de l'évolution de la jeune fille, un plaidoyer en faveur de la sincérité du cœur, de la vérité des sentiments, Le ton d’Arnolphe révèle, au début, une véritable indignation face à la fuite d’Agnès avec Horace, Arnolphe semble découvrir une nouvelle Agnès, Les reproches adressés à Agnès viennent surtout de sa jalousie, la possessivité d’Arnolphe, son égoïsme profond, et son orgueil blessé, Arnolphe reste incapable de comprendre les effets d’un amour sincère, une réelle évolution d’Agnès depuis l’acte II : elle se révolte, reconquiert la dignité que lui refusait Arnolphe, Mais le spectateur peut-il croire en la sincérité de ce nouvel Arnolphe ? Il faut aussi imaginer les gestes et les mouvements nés du texte, et que l'acteur, guidé par son metteur en scène, va créer librement. devenue capable de lutter pour son amour. On relève dans ses répliques toutes les caractéristiques du registre polémique, à commencer par un lexique péjoratif, notamment les nombreuses insultes envers Agnès (« friponne », « coquine », « impertinente »), les jurons (« Tudieu ! Dans les actes précédents, Arnolphe s'était déjà montré vicieux dans son désir de mettre une si jeune fille dans son lit, machiavélique dans tous les calculs qu'il fait pour écarter son rival, et ridicule dans son obsession du cocuage et ses réactions excessives. Son aspect odieux est manifeste dans ce passage. On peut imaginer le changement de visage d’Arnolphe, inquiet, mais qui devra attendre le vers 915 pour savoir quel est cet « incident ». Mais, à son époque, les goûts ont évolué sous l'influence de la Préciosité et de son intérêt pour les péripéties amoureuses. Read "L'École des femmes de Molière (Analyse de l'oeuvre) Comprendre la littérature avec lePetitLittéraire.fr" by Isabelle Consiglio available from Rakuten Kobo. Pourtant au moment même où il veut « respecter la vraisemblance », Molière s’amuse à subvertir cette exigence, en renforçant l’invraisemblance du double retour par des répliques symétriques, des distiques (2 vers), dans lesquels Oronte et Chrysalde enchaînent les explications en se faisant écho. Il parle aussi avec la jeune fille, mais elle est si ingénue que reussit a lui rassurer sur l'innoncence de la cour de Horace. Professeure agrégée de Lettres classiques, Ce site a été conçu sur la plateforme de création de sites internet. L'école des femmes. Ainsi elle retourne contre Arnolphe ses propres arguments : « J’ai suivi vos leçons… » (v. 1510-1511) ; elle est capable de comparer deux conceptions du mariage, celle d’Horace et celle d’Arnolphe aux vers 1514-1519 ; enfin elle peut se juger elle-même, en prenant conscience de son ignorance aux vers 1554-1559. Il reproche aussi aux conventions sociales de contraindre la nature, qui pousse la jeunesse vers la jeunesse. Les attaques vont bon train, renforcées par, la gloire, en jouant pour les Grands, pour la Cour, à la demande du Roi qui le pensionne, Vers 1600, c’est le règne des contes, des farces et des fabliaux, genres littéraires hérités du moyen-âge : l’on s’y moque des femmes et de leurs multiples défauts, et des maris trompés. Est-elle vraisemblable ? Pucelles, elles sont sous la tutelle de leur père. En même temps le terme qu’il choisit, « vos amourettes », qui diminue la valeur accordée à l’amour, montre le peu de prix qu’il accorde à ce sentiment. C'est notamment le cas des bousculades entre eux, et des coups reçus à l’acte I, scène 2, qui suscitent chez eux une véritable terreur face à leur maître. », Une mise en scène de la Compagnie Colette  Roumanoff au théâtre Fontaine, Pour mesurer l'évolution d'Agnès, l'œuvre  intégrale. Analyse des personnages. Annexe : La Querelle de L’Ecole des Femmes, petite chronologie. Une telle insistance montre bien qu’il s’agit là du message inscrit dans le titre même de la pièce : dans cette « école », c’est l’amour qui joue le rôle du maître, et nul ne peut lutter contre lui, selon Molière. Arnolphe, en effet, n’a pas vraiment changé, comme le montre l’encadrement de son discours. Après l'enlèvement, il lui remet Agnès. Gilles Comode, Patrick Paroux et Joanna Jianoux dans la mise en scène de Philippe Adrien. La pièce de théâtre, novatrice par son mélange inédit des ressources de la farce et de la grande comédie en vers, est un immense succès, et suscite une série de débats connus sous le nom de « Querelle de L'École des femmes. Parallèlement la scène produit un basculement du mensonge à la vérité. La lettre qu’elle a eu l’audace de joindre au « grès » jeté révèle déjà la puissance de l’amour (Acte III, scène 4). On notera le ridicule des arguments : en quoi la "barbe" serait-elle un signe de supériorité ? La dernière phrase de Chrysalde, "rendre grâce au Ciel qui fait tout pour le mieux", est une façon d'affirmer que l'amour n'est pas blâmable. C'est ainsi que l'Église éduque ainsi les filles dans les couvents. / Qui diantre tout d’un coup vous en a tant appris ? Elle sert non pas à en faire son éloge mais, au contraire, à en dénoncer les torts, les travers, les contradictions d’une société qui se plait dans des traditions absurdes. Le terme "mariage" est amplifié par la diérèse (vers 695) et associé à "d'austères devoirs", repris au vers 714 : "Son devoir aussitôt est de baisser les yeux". La problématique du mariage est essentielle dans de nombreuses œuvres de Molière. 26/12/1662 Première de L’Ecole des Femmes 1/01/1663 Stances de Nicolas Boileau-Despréaux : A M de Molière sur sa comédie de l’Ecole des Femmes que plusieurs gens frondaient. Puis Horace crée un effet d’attente, par le connecteur d’opposition « Mais », et la reprise du verbe : « ce qui m’a surpris », « va vous surprendre » (v. 896). Molière se fait ici le défenseur de l'égalité des sexes, conception très moderne, puisqu'elle est encore loin d'être réalisée au XXI° siècle. La problématique du mariage est essentielle dans de nombreuses œuvres de Molière. C’est le père qui est à l’origine des mariages. Tout d’abord cette scène expose le genre comique de la pièce. Découvrons-nous un nouvel Arnolphe ? Pour échapper à ce reproche, Molière prend donc soin d’annoncer ce retour, dès la scène 4 de l'acte I : on y apprend l’arrivée prochaine du père d'Horace accompagné d’un « seigneur Enrique », mais Horace déclarait alors : "La raison ne m'en est pas connue". un effet comique qui achève de détruire toute illusion de vérité. Lorsqu’elle est mariée, elle est coupée du monde, son mari en fait ce qu’il veut car elle n’a aucun droit, pas même celui de gérer l’argent de sa dot ou d’éventuels héritages. ») et l’interjection « Euh! Or, ici le discours d’Horace a évolué. Les femmes sont sans cesse soumises à la volonté des hommes et leur avis n’a aucune importance. Cependant, malgré une surveillance très présente, l’homme n’est pas à l’abri d’une infidélité de sa femme. Certains choisiront d'accentuer le poids du comique, d'autres, au contraire, suivront le sentiment de Musset qui déclare à propos de Molière, comme le remarque Musset en 1840 dans son poème "Une soirée perdue" : "Cette mâle gaieté, si triste et si profonde, / Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer.". Il joue l’ignorant par ses questions : « D’où diantre ! , vers 1650. Il me l’a dit plus de vingt fois à moi » (v. 593). Horace : c'est l'amant d'Agnès ainsi que le fils d'Oronte. Molière recourt à la technique du « deus ex machina », héritée de la comédie antique. Dans le mariage vu par Arnolphe, il n'existe aucune confiance entre les époux puisque la femme est, par nature, un être corrompu qui ne pense qu'à "être libertine et prendre du bon temps". En quoi cette scène constitue-t-elle un tournant dans l’intrigue ? Quant à Agnès, sa naïveté est tellement exagérée qu'elle fait sourire, notamment quand elle fait le récit de sa rencontre avec Horace, ou qu'elle prend au sens premier  le discours de la vieille entremetteuse. Or, il suffira d'une phrase de Chrysalde, "C'est Monsieur de la Souche, on vous l'a déjà dit", pour qu'Horace comprenne le machiavélisme d'Arnolphe et sa propre erreur. Mais elle ne l’est plus du tout à la fin de la scène, quand elle le rejette avec brutalité. Vers 1600, c’est le règne des contes, des farces et des fabliaux, genres littéraires hérités du moyen-âge : l’on s’y moque des femmes et de leurs multiples défauts, et des maris trompés. » (v. 946). Dites-moi franchement ce qui en est : car enfin, comme je suis sans malice, vous auriez le plus grand tort du monde, si vous me trompiez. De ce fait, au fil des pages, de nombreux indices tendent à suggérer que les femmes seraient inférieures aux hommes. Dans “L’école des femmes”, on trouve même un catéchisme du mariage qui rappelle l’intégralité des devoirs de l’épouse et l’intégralité des droits du mari. Mais le spectateur peut-il croire en la sincérité de ce nouvel Arnolphe ? Comme je commence à connaître qu’on m’a toujours tenue dans l’ignorance, j’ai peur de mettre quelque chose, qui ne soit pas bien, et d’en dire plus que je ne devrais. Musée Carnavalet, Paris. Illustration pour l'édition de 1719 de L'École des femmes : Agnès entre Arnolphe et Horace. À travers la façon dont il présente ce mariage, on comprend qu'en réalité la condition sociale d'Agnès est pour lui un avantage car il pourra mieux la dominer grâce à la reconnaissance qu'elle lui devra : "admirer ma bonté", "l'honneur qu'il vous veut faire", à mériter l'état où je vous aurai mise". French high-quality classics you always dreamt of but could never find. Elle est traitée avec comique et ironisme. Ainsi la vérité sur la naissance d'Agnès produit, un retournement de situation brutal, un coup de théâtre, les excès d'Arnolphe ainsi punis, la morale est sauve, Bien sûr, le but de Molière est d'abord de, un des thèmes favoris de la farce, le mari trompé et l'inépuisable ruse féminine, et un personnage de la commedia dell’arte, l’amoureux étourdi, Mais le dénouement lui donne une force supplémentaire, car il a eu la puissance de pousser les jeunes gens l'un vers l'autre, alors même que leurs pères les avaient promis l'un à l'autre. Elle reposait sur le quiproquo que l'on retrouve au début de la scène 7 : Arnolphe, à qui Horace a demandé son aide pour empêcher son père de le marier, se retourne contre lui, à sa grande surprise : "Ah ! Analyse complète de l'oeuvre, L'Ecole des Femmes de Molière (Fiche de lecture), Vanessa Grosjean, Fichesdelecture, Fichesdelecture. La scène 5 de l’acte II confirme cette présentation à travers son peu de conversation, par l’aveu naïf de sa rencontre avec Horace, et la façon dont elle s’est fait duper par l’entremetteuse. », qui, plus que de l’étonnement face à son propre comportement, peut laisser supposer que tout ce discours n’est qu’une manœuvre de plus pour conserver Agnès en triomphant de ce rival auquel il ne cesse de se comparer : « tu seras cent fois plus heureuse avec moi » (v. 1591). Elle sert non pas à en faire son éloge mais, au contraire, à en dénoncer les torts, les travers, les contradictions d’une société qui se plait dans des traditions absurdes. L'absurdité du raisonnement mathématique ressort : "Ces deux moitiés pourtant n'ont point d'égalité", avec la fausse symétrie de "l'une" et "l'autre". »), et jusqu’à une comparaison animale qui fait d’elle l’image du démon : « petit serpent que j’ai réchauffé dans mon sein ». - Acte V, scène 2 : Horace, qui a déjoué la ruse d'Arnolphe, lui confie son projet d'enlever Agnès et lui demande son aide. Films Media Group, an Infobase Learning Company, is the premier source of high-quality academic streaming video and DVDs for schools, colleges, and libraries. Agnès et Arnolphe dans une mise en scène de J. Lassalle à la Comédie française. « Innocence » signifie, en effet, « incapable de nuire », or, ici elle le blesse en profondeur, et consciemment. En effet celui-ci connaitra un renouveau et deviendra plus structuré dès lors. Le mariage n’est, en réalité, qu’un prétexte pour dénoncer la condition sociale des femmes contemporaines à Molière. Cela participe au fait qu’elles ne peuvent pas s’émanciper de la figure de leur mari. Molière, L’École des femmes, acte I, scène 1, 1662. Héritage de la commedia dell'arte, il se manifeste à travers le jeu bouffon des deux serviteurs, Georgette et Alain. À l'acte III, il lui annonce qu'il est lui-même son futur époux. Le conflit, qui éclate dès qu’Agnès reconnaît Arnolphe, va croissant jusqu’à la menace physique. Il ne les décide pas en fonction du bien-être de ses enfants mais uniquement en fonction de ses intérêts personnels. Au sortir de sa visite, Arnolphe rencontre Horace, le fils de son ami Oronte qui vient d’arriver en ville. Le mari quant à lui tente d’incarner une image autoritaire quasi-religieuse. L’existence d’un double lieu est mentionné par Arnolphe dans la scène d’exposition, quand il explique à Chrysalde : « [… comme ma demeure /  À  cent sortes de monde est ouverte à toute heure, / Je l’ai mise à l’écart, comme il faut tout prévoir, / En cette autre maison où nul ne me vient voir. la femme doit « baisser les yeux » = un acte de soumission. Le comique de caractère naît toujours d'un décalage par rapport à la norme sociale. 1. Mais que penser de l’arrivée du père d'Agnès en compagnie de celui d’Horace ? Le mariage renforce cette idée et c’est, en ce sens, qu’il est dénoncé par Molière. On me dit fort, que tous les jeunes hommes sont des trompeurs, qu’il ne les faut point écouter, et que tout ce que vous me dites n’est que pour m’abuser ; mais je vous assure que je n’ai pu encore me figurer cela de vous, et je suis si touchée de vos paroles, que je ne saurais croire qu’elles soient menteuses. De même, Agnès ne reste par longtemps la jeune fille sotte du premier acte : elle devient très vite une femme prête à se battre pour défendre son amour.

David Hallyday Mariage Pastor, Le Génie Artistique Philosophie, Fontaine Extérieur Solaire, Comment Interpréter Un Tableau, Ya Zina Diri Latay Mp3, Méthodologie Histoire De L'art, Nationale 7 Film Critique,